Rechercher
  • jasminlafortune

Jour 27 : Je quitte

Voici ma publication juste avant mon départ.


Jour 27 de mon pèlerinage d’ensauvagement. ———-

Kwe! Aujourd’hui, je dois tourner une page. Des obligations m’obligent à redescendre dans le sud. Je sais que je reviendrai, donc je n’ai pas de regret. Au contraire, je me sens vivifié. Par définition du Larousse, Manawan m’a donné de la force.


Décompte final: -180 km de marche entre St-Ambroise-de-Kildare et Manawan effectués en 13 jours. -Une cinquantaine de km à marcher dans la cité. -2 fesses et 2 cuisses en pleine santé! -J’ai doublé d’amis facebook. -Une entrevue à LCN, 1 reportage dans le Journal de Montréal, 1 excellent reportage vidéo de mon amie Élizabeth Ménard vu par 20 000 personnes à ce jour, 1 entrevue à la radio de radio-canada, 2 entrevues à CFNJ, 2 à la radio web des premières nation 93,1 la SOCAM et 2 podcasts. Ouf!! J’en oublie tu? -J’ai rencontré 3 classes du secondaire pour jaser de passion, de réconciliation, de spiritualité et de révolution d’Amour. -J’ai rencontré le Chef, mon ami Paul Émile Ottawa, le conseil atikamekw, une prof du primaire et le directeur de l’école secondaire Sakay Ottawa pour un projet de jardinage collectif scolaire que je visualise virer en ferme collective. Ça, ça veut dire qu’on va se revoir avant le sikon! (Saison atikamekw : le pré-printemps) -J’ai donné des fleurs -J’ai reçu une tonne de cadeaux. -J’ai fait un feu sacré de réconciliation et de sympathies.


C’était des maudites belles vacances, mais c’est pas dans les affaires qui se comptent que le plus beau est arrivé.


La beauté de mon voyage réside dans la lenteur de mes pieds, dans le temps que j’ai pris et que j’ai savouré, dans la Nature que j’ai observé, dans l’Amour que j’ai reçu de partout, dans les relations que nous avons créé, dans l’évolution spirituelle que j’ai parcouru, dans la culture que vous m’avez partagé et bien évidemment dans le beau feeling de réconciliation qui vibre dans mon coeur.


Merci aux atikamekws. Je vous aime. Nous sommes frères et soeurs, tous et toutes enfants de notre Mère la Terre. Nous sommes des petits êtres de lumière. Vous m’avez accueilli d’une façon comme jamais j’aurais imaginé ;-)


Vous m’avez partagé votre Amour, votre sagesse, votre résilience, vos drames. À moins que je pogne l’alzheimer, j’oublierai jamais. Miro Mikwetc pour toutes les petites et grandes jasettes, les sourires et les coucous au volant de vos pick ups. J’ai pas eu assez de temps pour voir tout le monde que je voulais voir. Je vais revenir. J’ai hâte.


Mes vacances à Manawan se terminent mais le racisme du système coloniale perdure et la lutte continue. Je redescends vivifié par la sérénité légendaire des atikamekws. Mes vacances se terminent, mais je ne fais que commencer à lutter pour cette cause.


Je termine cette publication avec une pensée toute spéciale pour les enfants du très résilient Carol Dube. Je ne connais pas la peine de perdre ma mère, mais je me doute que ce doit être douloureux. Je pleure parce que j’imagine que personne souhaite que la mort de sa mère dépasse les frontières. Je pleure parce que personne ne souhaite que sa mère meurt dans de telles circonstances. J’ai vu la force de votre communauté et je sais que vous ne manquerez pas d’amour et ni de support. Mais je pleure quand même parce qu’à votre âge j’aurais pas eu la force comprendre tout le courage que Joyce a eu et de comprendre tous les bienfaits qui suivront dans les prochaines décennies. Joyce a brisé le silence. Elle a ouvert les yeux des allochtones et nous donne envie de se réconcilier. Joyce a brisé le silence et donne la force à une génération d’autochtones à faire comme elle. Et je pleure encore parce que malgré tout ces bienfaits, ça ne comble pas le vide de perdre sa mère.


Toutes mes sympathies à vous et à ceux qui continuent de pleurer Joyce.


Matcaci

#JusticeForJoyce #JusticePourJoyce #jardinonslamour #IdleNoMore




2 vues1 commentaire